mercredi 22 octobre 2014

Vic Moan, Noir de monde

Vic Moan est un auteut-compositeur-interprète américain, établi en France depuis les années quatre-vingt.

Samedi soir, dans le temple protestant de Rochefort, j'ai pu assister à un concert littéraire de son cru, dans lequel il met en voix et en musique ses poèmes récemment parus sous le titre Noir de monde. Il était accompagné pour ce faire de la talentueuse contrebassiste Sarah Murcia, ainsi que d'un guitariste dont je n'ai pu retrouver le nom. 
Vic Moan lui-même joue de la mandoline électrique. Les textes étaient dits tantôt en anglais, tantôt en français (voire les deux en même temps, ou à la suite), à une ou à deux voix. Toutes les possibilités de la mise en voix ont été explorées, avec plus ou moins de bonheur, mais la musique était toujours belle, et quelques bouts de textes venaient toucher l'esprit, tout à coup. 
J'aime beaucoup sa voix grave et légèrement éraillée. On peut l'entendre dans l'excellente chanson du générique de début du dessin animé Hukleberry Finn ! Vous pouvez l'écouter ICI, mais le son est très mauvais...
Vic Moan - P. Griffon © Radio France

Des silences, des moments purement instrumentaux entrecoupaient aussi les lectures et donnaient une belle atmosphère, entre humour, plaisir esthétique et désespérance du monde. Mais en anglais, à l'écoute, difficile parfois de comprendre (d'autant qu'un micro dans un temple, cela donne un acoustique floue et une résonance pas franchement agréables). Nous avons donc acheté le livre, qui contient également d'intéressants dessins de l'artiste. Seize poèmes dans les deux langues, et trente-trois en anglais uniquement. Je lis les premiers d'abord en français, pour le sens. Puis en anglais, pour les rythmes et les sons. Puis je relis la version française et j'apprécie la traduction. 
Certains poèmes me semblent plus beaux en anglais, la lecture offrant des rythmes et des sons particuliers, puissants et chaloupés. Curieusement, peut-être parce qu'il vit depuis trois décennies en France et qu'il a intégré les particularités, la syntaxe de notre langue, d'autres me paraissent plus musicaux en version française.
Cela dit, il a travaillé lui-même aux traductions, et ses poèmes en anglais s'y offrent avec une certaine facilité, les assonances glissent d'une langue à l'autre, les phrases n'ont pas souvent à se contorsionner : Vic Moan m'apparaît comme un ambidextre de la langue, plutôt que comme un bilingue. 
Ses dessins étranges, au surréalisme enfantin, réinterprétables à l'infini, me plaisent beaucoup également. Il en discute volontiers, simple et gentil, avec son accent so delicious, entre deux dédicaces.

Je vous présente ici une petite sélection, en attendant que son site fonctionne, car pour l'instant, impossible d'accéder au livre où que ce soit, d'après mes recherches en tout cas.
Avec des photos de qualité volontairement moyenne, parce qu'il ne s'agit pas de copier l'ouvrage, mais juste de le faire découvrir !



"A PROPOS DE CE TIGRE", extrait :


Mon préféré, en anglais comme en français : 


Il a dit : "La poésie est un art qui requiert sens de l’observation, discipline et désinvolture." C'est exactement ce que l'on ressent en le lisant, non ?

Dandy vintage à la silhouette de grand héron élégant, caustique et désarmé à la fois, décalé, surprenant, crooner à ses heures, Vic Moan a été reconnu tardivement, grâce à l'amitié et/ou au soutien d'artistes influents comme M ou Vincent Segal (son premier album, Soul kiss, est sorti en 1998). Il se produit maintenant régulièrement, et vaut le détour. 

Un autre aperçu ici, avec des photos, une vidéo : AQUAPHOT

lundi 20 octobre 2014

Un dimanche autour de l'île Madame

Parfois, en octobre, il fait beau. Voire, c'est l'été. Alors le dimanche, les grands gosses sont de sortie. Y'en a qui rament, d'autres qui prennent plein de photos qui ne servent à rien... Au final, ça donne un dimanche très réussi sur une mer un lac d'huile...


Ci-dessus, ma grande préférée... Aucune retouche, et elle n'est pas en noir et blanc ! :-)

Un assouplissement / salut au soleil couchant improvisé...

samedi 11 octobre 2014

Amy pour la vie

Je n'ai jamais lu un magazine ou un site people de ma vie. Allez, si, une fois j'en ai feuilleté un chez un malheureux praticien qui n'avait rien d'autre à offrir, et je l'ai refermé, dégoûtée, après avoir entraperçu les cernes de bidule et les larmes de truc. Vraiment, j'ai peine à me sentir tolérante au sujet de cet appétit malsain pour les malheurs et les frasques des célébrités, qui sont bien comme nous, allez... Que signifie ce besoin d'une compensation pour leur talent, leur richesse...? A quoi bon ? Je n'ai pas besoin de les savoir humains, je ne les envie pas non plus, ce serait plus que déplacé. J'ai juste envie de profiter du merveilleux cadeau de leurs beautés, lorsqu'elles sont.
Je ne sais pas grand chose sur elle, donc. Je sais juste qu'elle n'aura pas chanté assez longtemps.
Parce qu'elle a l'une des plus belles voix que j'aie jamais entendues. Une voix qui vient tout contre votre oreille, vous prend et vous emmène dans l'eau, dans le vent, très loin. Qui vous balance à la gueule une énergie brute à couper le souffle, une âme vive. Qui vient vibrer quelque part entre votre nuque et vos reins, et mettre tout ça en mouvement. De la soul, baby. J'aime son grand corps librement provoquant, son visage et son timbre hors normes. De toute éternité.
Mon top ten... : 












Et un petit bonus, du blues, parce qu'il ne faut pas être prisonnier des chiffres ! Et qu'on lui découvre encore une autre voix, à ce caméléon à cordes... 


samedi 4 octobre 2014

C'est tout prêt : mes produits d'épicerie préférés. MIAM !

Il y a des gens que j'admire : ils se cuisinent de petits plats, réalisent la plus grande part de leurs repas maison, même pour l'apéro. Ils économisent leurs sous et les emballages, tout en goûtant la saveur du fait soi-même. 
Au fond, je crois que j'en serai capable, lorsque j'aurai un balcon ou un jardin / une cuisine bien équipée / une majorité de repas pris à deux ou plus, car dans ces conditions j'ai toujours aimé faire la cuisine. Il m'est arrivé de la faire presque tous les jours. Mais lorsqu'on est seul(e), qu'on a une vie trépidante ou qu'on n'aime pas faire la cuisine, on se retrouve bien vite à manger n'importe quoi... Et même lorsqu'on est un parfait cordon bleu, on peut aimer les nouveautés, les jours de relâche et les petits plaisirs coupables... 
Voilà pourquoi je vous propose mes coups de coeur plus ou moins caloriques, mais toujours composés de bonnes choses, et bio pour la plupart. Attention, je ne les catalogue pas parfaits diététiquement, ils ne sont pas tous locaux non plus... Certains sont chers (en matière d'alimentation, le tout prêt fait tout de suite grimper l'addition si l'on cherche une bonne qualité), et je me les offre une fois de temps en temps, comme un vrai petit cadeau. D'autres font partie de mon quotidien, et je ne pourrais pas m'en passer... pour cuisiner ! Leur seul point commun est d'être ceux que je ne risque pas d'oublier quand je fais les courses, ceux que mon palais, au fil des tentations et tentatives, a élus comme ses grands préférés ! Et même caloriques, ils sont tous assez responsables, dépourvus de cochonneries chimiques, d'huile de palme, et souvent artisanaux.
A goûter/combiner avec modération... Vous me direz des nouvelles de cette expertise de feignasse souvent déraisonnable ! N'hésitez pas à laisser des tentations supplémentaires en commentaire, je ne vous en voudrai pas du tout...

- Celles que l'on peut trouver au supermarché

- Les pâtes Fiorini, en particulier les torsades semi-complètes, délicieuses.

- Pour rendre tout meilleur, combler les papilles sans calories superflues, rendre une salade ou des pâtes renversantes, les herbes de Provence sont magiques. Si vous ne pouvez pas en cueillir / cultiver vous-même, évitez absolument les gammes de base, irradiées pour une meilleure conservation, et tant qu'à faire les pots en plastique. C'est une fille de Provence qui vous recommande celles-ci, exceptionnelles de saveur (et il y en a pour longtemps) :

J'y ajoute, tant qu'on y est, le sel (fin ou gros) bio de Noirmoutier, auquel je suis fidèle depuis longtemps ; les herbes n'y représentent que 5%, mais on les sent bien, il a un goût particulier et délicieux :

- La brandade de morue Jean de Luz
La marque Jean de Luz, comme beaucoup de choses venant du pays basque, est assez fantastique, en particulier (et vous savez que c'est mon péché mignon) la brandade de morue. Je la déguste pure sur des toasts grillés (aussi avec un filet d'huile d'olive), ou mélangée à de la figue fraîche écrasée (ceci est une exclusivité familiale, à essayer absolument!).

- Les gaspachos. Parfois, en été, je ne mange certains jours absolument que ça. Et je pourrais continuer encore et encore, tellement ceux-ci sont bons : le Soléou rouge et le Green shot vert. Assez chers, mais souvent en promo ! Le grand bonheur à peu de frais caloriques. Je leur ajoute menthe et basilic frais.
 - Enfin, si vous appréciez les chips, craquez sans hésiter sur les Bret's bio, vraiment bonnes :


- Les glaces L'angélys - et pour moi, surtout, le fabuleux SORBET à la noix de coco (sans gluten)... Sur du rhum et avec un peu de chantilly, ou avec des morceaux d'ananas, pfffiou, c'est... grisant !


Il n'y en a pas dans beaucoup de supermarchés, mais on peut aussi en commander en ligne. Et pour moi, c'est de l'ultra local !
Comparez sa composition à celle des glaces conventionnelles, vous ouvrirez de grands yeux... 

- Celles que l'on trouve en biocoop/épicerie bio :
Si vous ne trouvez pas un produit, ces dernières peuvent souvent vous le commander. Il y a là de belles marques, engagées et pleines d'histoire, à découvrir et faire (raisonnablement) vivre...


- Les céréales Favrichon : épeautre-chocolat et lin-graines de courge sont de loin mes préférées. Et nulle huile de palme  l'horizon.


- Les biscuits Le Moulin du Pivert, et en particulier les fourrés au chocolat, assez fabuleux, et qu'on ne présente plus... Biscuits garantis sans huile de palme !


- Le jus d'ananas Vitamont
Faut avouer que le jus d'ananas, c'est galère à faire. Celui-ci est le meilleur que j'aie jamais bu.
Pur, en cocktail alcoolisé ou non... Exceptionnel !
 Je ne vous parle pas de leur limonade, ça ferait trop...

 - La crème chantilly à la crème de riz (vegan mais aussi sans soja, donc ; je ne suis pas très soja, pour de multiples raisons sur lesquelles je reviendrai) Soyatoo !


 - Le dessert poire-cacao Danival (vegan), ainsi que leurs soupes et tartinables : ouahou !


- Les farfalles Bonneterre, parfaites pour les salades de pâtes, elles ont juste la bonne consistance ! Un mélange que j'adore : salade farfalles-avocat-betterave-noisette concassée, avec une bonne sauce salade maison bien sûr ! (huile de lin et vinaigre de vin par exemple).

 - Les huiles d'olive Emile Noël


Il y en a beaucoup de très bonnes, j'en ai goûté de nombreuses, artisanales ou non, mais celle-ci remporte la palme. Je la hume, je la mange pure avec un peu de pain au goûter, c'est l'extase.
N'hésitez pas à vous rendre sur le site pour en apprendre plus sur les huiles et les olives !